Plateformes élévatrices mobiles de personnel

Types et catégories de PEMP
"Plateformes élévatrices mobiles de personnel"
Les PEMP sont classées en 2 groupes et 3 types

Groupe A :  Projection verticale du centre de gravité de la charge est toujours à l’intérieur des lignes de renversement. L’évaluation est  verticale.

Groupe B :  Projection verticale du centre de gravité de la charge peut être à l’extérieur des lignes de renversement. L’évaluation est multidirectionnelle.

 

Type 1 : le déplacement n’est permis que lorsque la nacelle est en position de transport, c’est-à-dire repliée. Ces nacelles ne peuvent être utilisées que lorsque les stabilisateurs sont mis en place.

Type 2 : le déplacement avec la plate-forme de travail en position haute ne peut être commandé que par un organe situé sur le châssis. C’est le cas des nacelles montées sur véhicule.

Type 3 : le déplacement avec la plate-forme en position haute peut être commandé soit par un organe situé sur la plate-forme, soit par un organe situé sur le châssis.

Périodicité de contrôle des PEMP

La vérification générale périodique des PEMP doit avoir lieu tous les 6 mois.

Le vérificateur doit avoir à sa disposition les éléments suivants :
  • Manuel d’utilisation de l’appareil.
  • Certificat de conformité.
  • Carnet de maintenance.
  • Rapports des vérifications précédentes.
  • Charge ou CMU d'essai à disposition.
  • Personnel à disposition et mise en sécurité

Types de vérifications

 

Vérifications générales périodiques VGP

 

Examen d’état de conservation (article 9 de l'arrêté du 1 mars 2004)

Cet examen doit être effectué avec la plus grande attention car celui-ci a pour but de déceler toute détérioration de l’ensemble des éléments composant la nacelle :
Le châssis (état des roues, des protections, des contres-poids…)
Le groupe de puissance (moteur, batterie, pompe, distributeurs…)
La charpente (oxydation, fissures, déformation)
Les axes et leurs arrêts (vérification du serrage et de leur présence)
Les actionneurs hydrauliques (vérification des vérins, des clapets de sécurité, des moteurs)
Les tuyauteries et les flexibles hydrauliques, ainsi que les raccordements (fuites éventuelles…)
Les connections et faisceaux électriques (protections, oxydation…)
Les postes de commande et la signalétique (état des leviers, des consignes de sécurité, repérage…)

Essais de fonctionnement (article 6b et 6c de l'arrêté du 1 mars 2004)

Les essais ont pour but de s’assurer du bon fonctionnement d’utilisation de l’appareil, les mouvements se font normalement, sans à-coup et aux vitesses définies par le constructeur, en fonction de la position de la plate-forme.
Vérification du système de translation, des organes de commande, des dispositifs de sécurité (limiteur de charge, détecteur de devers, arrêt d’urgence), des freins, de la direction, de la présence des indications pictogrammes d’avertissement, de l’éclairage…
Il est conseillé de réaliser un essai de maintien de charge permettant de s’assurer du bon fonctionnement de tous les dispositifs de sécurité mais aussi permettant de vérifier l’étanchéité du circuit hydraulique, ainsi que la stabilité de l’appareil.

La vérification de mise et remise en service

Examen d’adéquation (article 5.1 de l'arrêté du 1 mars 2004)

L’examen d’adéquation a pour but de vérifier que la nacelle est bien adaptée aux travaux que l’utilisateur prévoit d’effectuer. Pour pouvoir réaliser cet examen, le vérificateur doit disposer d’un écrit de la part du chef d’établissement, dans lequel ce dernier consigne les informations nécessaires.

Examen de l’état de conservation (article 9 de l'arrêté du 1 mars 2004)

Cet examen doit être effectué avec la plus grande attention car celui-ci a pour but de déceler toute détérioration de l’ensemble des éléments composant la nacelle : le châssis, le groupe de puissance, la charpente, les axes, les actionneurs, les tuyauteries, la signalisation.

Examen de fonctionnement (article 6b et 6c de l'arrêté du 1 mars 2004)

Les essais ont pour but de s’assurer du bon fonctionnement d’utilisation de l’appareil, les mouvements se font normalement, sans à-coup et aux vitesses définies par le constructeur, en fonction de la position de la plate-forme.
Vérification du système de translation, des organes de commande, des dispositifs de sécurité (limiteur de charge, détecteur de devers, arrêt d’urgence), des freins, de la direction, de la présence des indications pictogrammes d’avertissement, de l’éclairage…
Il est conseillé de réaliser un essai de maintien de charge permettant de s’assurer du bon fonctionnement de tous les dispositifs de sécurité mais aussi permettant de vérifier l’étanchéité du circuit hydraulique, ainsi que la stabilité de l’appareil.

Epreuve statique (article 10 de l'arrêté du 1 mars 2004)

L’épreuve statique consiste à appliquer à la machine, sans la faire bouger, sa charge maximale d’utilisation multipliée par un coefficient de surcharge. Ce coefficient est par défaut 1.25 et la durée est par défaut de 1 heure. Si le constructeur de la nacelle, dans sa notice d’instruction, impose un coefficient et une durée d’épreuve différents, le vérificateur doit se conformer à ces critères spécifiques.
Le but de l’épreuve statique est de vérifier la résistance mécanique des éléments porteurs de la machine. A l’issue de l’épreuve, le vérificateur doit s’assurer qu’il n’y a aucun défaut ou déformation sur l’appareil.

Epreuve dynamique (article 11 de l'arrêté du 1 mars 2004)

L’épreuve dynamique consiste à faire fonctionner l’appareil avec sa charge maximale d’utilisation multipliée par un coefficient est par défaut 1.1 en amenant sa charge dans toutes les positions qu’elle peut occuper.
L’épreuve a pour but de vérifier le bon fonctionnement de l’appareil et de ses différents dispositifs et sa stabilité.

Informations complémentaires sur la plate-forme de travail : Extraits de la norme NF EN 280 (20/12/2001)

Un garde du corps doit être installé sur tous les côtés de chaque plate-forme de travail pour empêcher la chute de personne et de matériels. Ce garde-corps doit être solidement fixé à la plate-forme et comporter au minimum une lisse supérieure à une hauteur d’au moins 1.1m, une plinthe d’au moins 0.15m et une lisse intermédiaire disposée à moins de 0.55m de la lisse supérieure ou de la plinthe. Aux accès de la plate-forme, la hauteur de la plinthe peut être réduite à 0.1m.

Des chaines ou câbles ne doivent pas être utilisés comme garde-corps ou porte d’accès.

Les nacelles de catégorie 3 doivent être équipées d’un avertisseur sonore, actionné depuis la plate-forme de travail.